03 février 2010

Sam veut un boulot à la bibliothèque

Actuellement en colocation dans un appartement onéreux de Lyon 6ème où je survis entre oisiveté et nonchalance constante, un besoin vital d'afflux pécuniaire se fait sentir alors que mon géniteur a décidé de couper les vivres. L'odieux chantage pousse ma carrure musclée et mon cerveau atrophié à un emploi, et surtout une rémunération. J'ai eu une pensée pour la prostitution et le combat de rue avant de me rappeler ma plus grande passion après l'haltérophilie et l'origamie : la lecture. J'adore les brochures publicitaires, les notes de frais et les insultes en sms.

Si je pouvais mettre mes facultés de lecture, mon expertise à TETRIS et mon désœuvrement au service de votre bibliothèque, porté comme je le suis et comme il se doit à la sous-traitance et aux basses œuvres de rangement je serais ravi d'y toucher en contrepartie un chèque dûment mérité.
Je suis également disposé à servir de videur, car il est notoire que les bibliothèques sont infestées de délinquants marocains et qu'il est nécessaire parfois de combattre le feu par le feu, c'est marqué dans la Bible.
Mon CV est plutôt maigre mais en fin lectrice - je supputes que vous êtes une put.. une femme car dans mon esprit étroit les bibliothèques c'est un truc de meuf, d'ailleurs j'ai des soucis avec ma sexualité - en fin lectrice vous saurez lire entre les lignes et m'embaucher sur votre instinct aiguisé. Et je saurais récompenser votre regard suave de quelques giclées collantes de mes sécrétions fertiles. C'est comme ça que je marque mes pages, à la sueur de ma bandaison... Je m'engage à traiter votre courrier et votre matériel littéraire avec plus de soin et moins de liquide. Une performance à saisir. Pensez-y, entre vos lectures d'Othello et vos caresses génitales passionnées. Vous ne savez pas tout ce que j'ai à offrir. Des proportions qui dépassent l'imagination du producteur porno russe.
La Mafia toute entière tient pas sur mon membre délicat.

Cette lettre de motivation s'éternise au fur et à mesure que j'écris en me secouant la queue, et je n'aurais bientôt plus d'ardeurs à prouver dans cet écrit nimbé de ma semence, mais toujours un zeste de motivation à gicler sur un bureau propre et chauffé. Ayez une pensée pour mon hygiène de vie et les vicissitudes de mon existence. Ne faites pas de moi le énième clochard blanc de cette foutue ville.

Je mérite mieux, et vos abonnés aussi.

Posté par slowmotion à 00:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Sam veut un boulot à la bibliothèque

Poster un commentaire